44. Jouer à faire semblant.

Chroniques des Lendemains

Quand j’étais enfant, avoir des plans, ça existait pas vraiment ; t’allais sonner chez ta voisine, ou ben vous vous ramassiez dans le rond-point en même temps. Au pire, t’appelais, pis tu disais genre « J’arrive ». Pis tu y’allais.
Pour vrai. Tu chokais pas. Choker, ça existait pas. Si tu faisais des plans, tu les suivais, parce que t’avais pas vraiment de moyen de les annuler. Peut-être aussi que tu prenais la peine de faire des plans juste parce que ça te tentait VRAIMENT fake t’avais même pas le goût d’annuler. Pis dans mon cas, je sais que quand j’étais tannée d’être avec quelqu’un, je le disais, ben cru pis upfront (des fois au grand désespoir de ma mère) pis j’allais jouer seule dans mon coin ou m’occuper à autre chose. Je faisais pas semblant. De rien. Sauf quand je jouais à faire semblant.

Avec la modernité et le fait…

View original post 530 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s